LA FORMATION A LA MEDIATION


Depuis 2011, les musiciens participant à la session d’été

de l’OFJ peuvent bénéficier d’une formation à la médiation dont l’objectif est de leur donner des compétences leur permettant de faciliter l’accès à la musique classique d’un public non averti.

 Dans le cadre de cette formation, qui s’articule autour

de l’activité de musique de chambre, des musicologues,

des comédiens, des metteurs en scène aident les musiciens

à construire et à mettre en forme un discours adapté

qui donne des informations sur l’œuvre jouée, et qui, plus généralement, rende le public plus réceptif à la musique

qu’il va entendre.

Cette activité de médiation consiste à aller vers les publics

qui n'ont pas ou peux accès aux salles de concerts (enfants, publics socialement défavorisés…) et à se mettre

à leur portée. Ces activités prennent une place de plus en plus importante dans le quotidien des musiciens professionnels. En ce sens, cette formation veut aussi faire prendre conscience aux musiciens du rôle citoyen de leur futur métier.

 

À plus long terme, l’un des objectifs de cette formation est d’aider les jeunes musiciens à créer eux-mêmes, s’ils le souhaitent, des structures

susceptibles d’intervenir dans tous les milieux, devant tous les publics, à la demande de tout organisme intéressé par la démocratisation de la musique dite « classique » (établissements d’enseignement, de collectivités locales, de centres sociaux…).

Cette compétence supplémentaire contribuera ainsi à favoriser leur insertion dans un secteur où les vocations sont souvent freinées par la difficulté

des débouchés professionnels. Elle conduira également les musiciens à encourager les responsables pédagogiques des conservatoires dans lesquels
ils étudient à développer l’enseignement de ces compétences. Enfin, lorsqu’ils intégreront un ensemble professionnel, ils apporteront une dynamique supplémentaire aux actions pédagogiques et sociales menées par cet orchestre.

 

Déroulement

Chaque groupe de musique de chambre reçoit une formation

qui se déroule de la manière suivante :

 

• La première étape est un atelier de 3 heures d’improvisation théâtrale sous la responsabilité d’un comédien-metteur en scène. Cet atelier permet de rompre la glace entre les musiciens et de commencer à aborder les techniques du théâtre qui seront utiles dans la conception de la médiation


• vient ensuite la première séance de travail (1h) avec

le formateur (musicologue, comédien ou metteur en scène). L'objectif est de connaître le groupe, de faire émerger les idées que peuvent avoir les musiciens :

de quoi voudraient-ils parler dans la pièce qu'ils jouent ? Qu’est-ce qui leur paraît important ? Comment le dire ?


•    Au cours de la deuxième séance de travail (1h)

avec le formateur, il faut commencer à mettre en forme

la présentation en choisissant certaines idées, certains extraits à jouer, afin de donner une cohérence à l’ensemble. Mais aussi commencer à attribuer un « rôle » à chacun

des musicien, à écrire un texte en répartissant les tâches parmi les membres du groupe. L’échéance des concerts se profile, il est donc nécessaire
de commencer à envisager les publics devant lesquels le concert aura lieu.


• La troisième séance doit permettre d'arrêter les choix, d'affiner les différents aspects de la médiation : texte, répartition des rôles, « mise en scène », extraits musicaux, réflexion sur l’adaptation des mots aux publics des concerts prévus (Ex : peut-on prononcer le mot « liberté » dans une prison,

ou le mot « mort » dans un centre de soins palliatifs…). C'est aussi le moment d'insister sur la manière de se mettre en scène : parler assez fort,

se tourner vers le public, ne pas constituer un entre-soi théâtral…


• La répétition générale est une première mise en situation très formatrice qui permet de tester devant un public bienveillant mais réel

(les divers formateurs, les autres musiciens, etc) la médiation qui a été préparée.


•  Enfin, les différents groupes vont donner des concerts dans des lieux multiples, devant des publics très divers dont les réactions peuvent être
très différents

L’ensemble des cuivres et percussions (session d’été) prépare lui aussi une présentation des œuvres qu’il joue.

Les différentes œuvres du programme sont présentées par quelques-uns, mais tous les musiciens y participent d’une manière ou d’une autre.

 

 

Les musiciens en parlent

 

« C’était la première fois que j’abordais ces questions. Je pense pourtant que la médiation est devenue indispensable pour un musicien. On ne peut plus se contenter d’être un simple exécutant. »

Claire

 

« Quand on est dans le public, avant d’écouter un groupe de musique

de chambre, c’est bien d’avoir l’impression, pas forcément de connaître mais d’avoir rencontré les gens que l’on va entendre. Quand on écoute un concert et qu’il n’y a aucune présentation,  on se sent plus distant, il y a moins de proximité qui se crée.[…] C’est un préambule à la rencontre qui nous aide en tant que musicien à ressentir le public, ses réactions. »  

Thomas.

 

« Les musiciens ont vraiment un rôle pédagogique à jouer, et pas seulement
celui de faire rêver les gens. La formation à la médiation permet de repenser
le rôle du musicien car elle permet d’ajouter la dimension pédagogique,

pas seulement celle de l’enseignant face à ses élèves, mais celle du musicien

face au public. On ne devine pas ça de prime abord quand on décide de devenir instrumentiste. On pense toujours qu’il y aura quelqu’un pour nous présenter quand on monte sur scène. » Céline

 

 

Médiation en vidéo

Au cours de la session d'été, les ensembles de musique préparent avec des musicologues et des metteurs en scène des présentations des oeuvres qu'ils jouent. La médiation à l'OFJ, c'est donner les clés d'écoute d'une oeuvre avec créativité et humour dans des mises en scènes souvent décapantes.

 

La formation à la médiation - session 2018

 

Dans la presse


« De plus en plus, on demande aux musiciens de se produire devant d’autres publics que ceux des salles de concerts. Aborder ces publics dits « empêchés » (détenus, malades hospitalisés, pensionnaires de maisons de retraite…) demande une préparation certaine qui n’est guère assurée dans

les conservatoires. C’est pourquoi l’Orchestre français

des jeunes a mis en place des ateliers mêlant improvisation théâtrale, approche musicologique et connaissance

des publics pour préparer les jeunes musiciens à ce nouvel aspect de leur métier. »

La Lettre du Musicien

 

« À l'ombre des platanes, dans la cour de l'établissement hospitalier des personnes âgées et dépendantes Saint-Jean de Dieux, une musique s'invite au bruissement des feuilles. Hautbois, violon, harpe...traversent l'air. L'Orchestre Français des Jeunes prouve sa richesse et sa générosité. Devant un public subjugué, les jeunes musiciens ont offert un récital des plus vivants. Jeu de théâtre et interaction avec ce public ont transcendé les oeuvres jouées avec sérieux.»

La Provence